Contrat de rivières
Renaison - Teyssonne - Oudan - Maltaverne

Vous êtes ici : Bassins versants >

Flore

+La balsamine de l'Himalaya

Introduite en France comme plante ornementale au XIXème siècle, la Balsamine de l’Himalaya Impatiens glandulifera est reconnaissable à ses fleurs roses/rouges en grappes et à ses feuilles dentées. 
Très envahissante, elle concurrence les plantes locales et son système de prolifération par dissémination de graines assure une colonisation rapide du milieu. Elle prend la place des plantes indigènes dont elle occupe les habitats.
Détectée en 2012 dans le roannais, la Balsamine a colonisé près de 15 km de nos cours d’eau en 5 ans. 

Plan d’actions : Le contrat de rivières a mené deux campagnes annuelles d’arrachage avant floraison, sur les secteurs les plus touchés (La Teyssonne et Le Renaison). Aujourd’hui, son développement est contenu et sa progression devrait être maîtrisée sur le long terme. 

Préconisations : Il est fortement déconseillé de disséminer les graines consciemment  en éclatant les petites capsules les contenant, jeu qui peut se révéler amusant pour les enfants ! Il est également interdit de la transporter.

0917819562_257_fotolia_93665755_m.jpg

+La renouée du Japon

La prolifération des espèces envahissantes est reconnue comme une des principales causes de l’altération de la biodiversité. Parmi ces espèces, on retrouve très fréquemment la renouée du Japon Fallopia japonica x bohemica, qui s’étend en groupement sur la plupart des berges de nos cours d’eau. Les désagréments induits sont à la fois d’ordre écologique, hydraulique (absence de maintien de berge) et paysager. Ces plantes prolifèrent aux abords des cours d’eau et représentent une menace pour leur biodiversité.

Des actions concrètes doivent donc être réalisées afin de redonner aux rivières un aspect proche de leur état naturel, avec une végétation adaptée à leur milieu : c’est la renaturation.

La lutte contre cette espèce est particulièrement délicate, car sa dissémination se fait très facilement par bouturage des racines.

Le contrôle de la renouée du Japon peut permettre d’éviter son expansion et la colonisation de nouveaux milieux. Son éradication complète n’est à l’heure actuelle pas envisageable mais peut être progressivement obtenue, sur de petits foyers après renaturation et suivi par fauche répétée.

Le chantier de renaturation

Le chantier de renaturation présente plusieurs phases :

  1. coupe de la végétation environnante, récolte de branches de saules…
  2. terrassement
  3. la terre infestée est tamisée
  4. les racines sont évacuées dans un centre de compostage pouvant accueillir ce type de déchet.
  5. la terre saine est réutilisée pour la suite du chantier.
  6. une technique végétale permettant de stabiliser le pied de berge est mise en œuvre : c’est un tressage de branches à rejets de saules issus de la phase préparatoire. Des semis et plantations sont réalisés sur une bâche de fibre coco dégradable sur la partie supérieure au tressage afin de faciliter la repousse d’espèces affectionnant les milieux humides de bords de rivières.

Renaturation sur l'Oudan

image gauche

Cette démarche à notamment été menée sur l’Oudan, à Renaison. La Renouée du Japon, espèce invasive particulièrement délicate, s’étendait sur plus de 25 m. Celle-ci a dû être arrachée et la terre débarrassée des racines avant d’évacuer l’ensemble pour compostage. Ensuite, des plantations ont été mises en place afin de faciliter la repousse d’espèces locales diversifiées. Le lit de la rivière a par ailleurs été redessiné pour retrouver un fonctionnement naturel.

Cette démarche reste très coûteuse et ne peut être limitée qu’aux foyers de faible envergure.

Sur 5 ans, 14 foyers ont été traités par Roannaise de l’Eau. Ainsi, près de 900 m de cours d’eau ont été renaturés.

+Le phytophtora de l'aulne

Le phytophthora est un parasite, assimilable à un champignon, qui se propage dans les aulnes glutineux (également appelés « vernes »). Il stoppe la circulation de la sève en se fixant sur les racines de l’arbre et provoque son dépérissement progressif. Cela se manifeste par un feuillage clairsemé jaunissant et des taches noires (nécroses) qui remontent progressivement le long du tronc. A terme le tronc bascule dans le cours d’eau et provoque un embâcle pouvant aggraver les débordements lors des crues.

La contamination est favorisée par des eaux chaudes, stagnantes, des sols argileux et des populations concentrées d’aulnes, ainsi que par le transport de terre ou de bois infectés.

Lutte contre le phytophtora de l'aulne

Il n’existe à ce jour aucune méthode curative pour lutter contre ce parasite. Les produits phytosanitaires s’avèrent par ailleurs inefficaces et sont interdits en bord de cours d'eau. La stratégie de lutte se limite à freiner sa propagation et limiter la vulnérabilité des boisements. L’abattage sélectif des arbres contaminés coupés au plus près du sol est l’une des solutions, la seconde consiste à planter d’autres espèces adaptées.

 

Ce parasite a été observé le long de la Teyssonne depuis St Forgeux Lespinasse jusqu’à la confluence avec la Loire au niveau de Briennon. De même, le phytophthora commence à être détecté sur le Renaison et certains affluents de ces deux cours d’eau.

L’équipe rivières est intervenue durant 3 semaines sur les arbres contaminés identifiés comme potentiellement menaçants pour les biens et les personnes. Les arbres concernés ont été coupés et le bois a été brûlé sur place. Des frênes, des érables et des saules ont été plantés en remplacement.

Par ailleurs, une veille régulière sur l’ensemble des 4 bassins versants est effectuée par l’un des techniciens de rivière afin de recenser l’apparition de ce parasite et de réagir au plus vite.

 

A savoir : Il est important de ne pas dessoucher et de ne pas transporter le bois et les branchages issus de l’abattage mais de les brûler à proximité. De même, il est fortement recommandé de désinfecter les outils de coupes, les bottes et les roues des véhicules. Ces précautions permettront d’éviter toute contamination.

Ambierle   |    Arcon   |    Briennon   |    Changy   |    La Bénisson-Dieu   |    Lentigny   |    Les Noës   |    Mably   |    Noailly   |    Ouches   |    Pouilly-les-Nonains   |    Renaison   |    Riorges   |    Roanne   |    Saint-Alban-les-Eaux   |    Saint-Andre-d’Apchon   |    Saint-Bonnet-des-Quarts   |    Saint-Forgeux-Lespinasse   |    Saint-Germain-Lespinasse   |    Saint-Haon-le-Châtel   |    Saint-Haon-le-Vieux   |    Saint-Léger-sur-Roanne   |    Saint-Rirand   |    Saint-Romain-la-Motte   |    Villemontais   |    Villerest   |   

Roannaise de l'eau
Agence de l'eau Loire Bretagne
Région Auvergne - Rhône-Alpes
Département de la Loire
Roannais Agglomération
Communauté de communes de Charlieu Belmont

Conception et réalisation e-Obs Technologies